Equivoques de la pudeur Agrandir

Equivoques de la pudeur

Fabrique d'une passion à la Renaissance

Prix de l'essai et de la critique littéraires 2016 décerné par l'Institut National Genevois

0.00 CHF TTC

« Qu’a fait l’action génitale aux hommes, si naturelle, si nécessaire, et si juste, pour n’en oser parler sans vergogne », s’indigne Montaigne qui ne se prive pas, quant à lui, de mettre la pudeur au service de l’économie sensuelle de son œuvre. Car qui « n’y va que d’une fesse » y va tout de même. Aussi fallait-il dégager la pudeur d’une approche anthropologique naïve, pour souligner l’ambiguïté d’une passion où le retour de l’obscène le dispute sans cesse au refoulement vertueux. Mesurer également combien la Renaissance dut repenser cette ambivalence, en confrontant l’héritage antique et médiéval à ses propres découvertes. Du De verecundia de Salutati (1390) jusqu’à l’officialisation du mot au XVIIe siècle par Vaugelas, s’invente en effet, au fil d’un débat où se croisent médecine, morale et rhétorique, un usage retors de la pudeur, à la fois épistémologique et poétique. Son enjeu n’est rien moins que le rôle assumé par les écritures du corps dans l’élaboration d’un savoir sexuel où la production de vérités conjugue toujours art érotique et art de ne pas dire.




Donner votre avis

Equivoques de la pudeur

Equivoques de la pudeur

« Qu’a fait l’action génitale aux hommes, si naturelle, si nécessaire, et si juste, pour n’en oser parler sans vergogne », s’indigne Montaigne qui ne se prive pas, quant à lui, de mettre la pudeur au service de l’économie sensuelle de son œuvre...

Donner votre avis

Table des matières

Remerciements

Liste des abréviations

Introduction
Le « grant paradoxe »
Pudeurs renaissantes
Périodisation
La Renaissance obscène
La Renaissance pudique
Historicisation de la pudeur
Le modèle foucaldien : le contrôle incitateur
Corpus : médecine, pudeur et rhétorique
L’agir du texte
De la pudeur des corps à celle du style
Le processus de civilisation et le retour de l’érotique
Le médecin « pornographe »
Trajet
Premier temps
Deuxième temps
Troisième temps
Enjeux et méthodes

Première Partie
Le Sacre ambivalent de la "pudeur"
Son nom, sa valeur, ses usages

Chapitre premier
De la "honte" à la "pudeur"
Naissance d'un nouveau mot

L’indistinction entre Honte et Pudeur
Les doublets grecs et latins
Thomas d’Aquin : la sexualisation de verecundia
Nudités coupables : les traductions de la Bible
« Pudorité »
Naissance du mot « pudeur »
Montaigne : l’ébranlement des valeurs
La promotion de « pudeur » ou les vertus de la civilité
La Civilité puérile
La pudeur : une nouvelle définition de l’intimité

Chapitre II
Les vices de la "pudeur"

La pudeur : vice ou vertu ?
Le De Verecundia de Coluccio Salutati
Traités renaissants : le pharmakon de la pudeur
Le choc des pudeurs : l’émergence du relatif
Erasme : le supplice du caleçon
Le paradigme en question : chastes nudités
Un labyrinthe relativiste : la Forest nuptiale (1595)
Exotisme paillard
Honte à la France
Le monde de l’autre
La pudeur à l’épreuve du scepticisme
Un vice moral : la pudeur du langage
La pudeur : un pas vers la folie
Rhétorique de la pudeur

Chapitre III
La difformité des signes

Un vice de la rhétorique : le kakemphaton
La place de l’obscénité dans la rhétorique renaissante
Le double visage de Virgile : vierge ou pornographe
Les fantaisies érotiques d’Annaeus Cornutus
Le Cento Nuptialis d’Ausone
La pudeur de Montaigne

Chapitre IV
L'obscénité mise à l'index construction d'une catégorie

Index
Index français
Listes noires
Rigueurs censoriales : l’établissement des dix règles
Le vernaculaire fustigé
La censure du style : l’index de 1596
Obscénité et hérésie
Les failles de la censure
Le Décaméron expurgé : les métamorphoses d’Alibech et Rustico
Défense de l’Eglise
L’indécence expurgée
La diffusion éditoriale : Boccace moralisé
Des effets pervers de la censure
La censure des livres « scientifiques »
Les critères questionnés : auteur hérétique, ouvrage savant
Impudicité du savoir : Cardan, Amatus Lusitanus, Fuchs

Deuxième partie
Hippocrate en chair

Ouverture

Corpus
Le style en question
Trajet

Chapitre premier
Contagions

De la puissance érotique des représentations
Du pouvoir « magique » de la parole
Les traités sur la maladie d’amour
De l’oeil corporel à l’oeil intérieur : les perversions de l’imagination
Les lieux de l’imagination : la séparation entre imagination et raison
Le procès de l’imagination : le courant néo-platonicien
L’imagination comme pharmakon : du bon et mauvais usage des phantasmes
Images perverses, lectures perverses
Faire l’amour avec l’image : rituels de fécondation
La vision : un acte physique

Chapitre II
Médiations

Les « secrets » des femmes révélés. La traduction du savoir gynécologique en français (XIVe-XVIe siècles)
Invention d’un genre : les secrets des femmes
Fortune et infortunes du De secretis mulierum
La tradition vernaculaire des Secrez des Dames (XIVe -XVe siecles)
L’art des préliminaires
Le Trotula ou les mutations du savoir gynécologique
Le Trotula et ses avatars au XVIe siecle
Agnodice mise au secret
Traductions stylistiques : la gynécologie galante
Le médecin en « transcrivain » : Laurent Joubert et ses erreurs populaires
Laurent Joubert : une figure médiatrice
« Culture populaire » et « culture savante » : un savoir partagé
Une fiction burlesque : les dépositions des matrones
La Muse médicale rhabillée ou l’édition amendée de 1579
Hippocrate et Vénus

Chapitre II
Le corps raconté : mises en récit

L’anatomie par le rire
Cadavres exquis
Le travestissement comique ou la farce médicale
Des contes « pour rire » : les affabulations du populaire
La séduction par le rire : l’intertexte fabulaire
De l’invention du cas
Modèles logiques et rhétoriques
La figuration de l’intériorité
Le Traité du Ris : une poétique des Erreurs populaires
Lecteur complice ou lecteur victime ?
Du rire médical à la médecine ridicule
Le récit de cas : entre nouvelle et (auto-)biographie
Crimes, stupre et dérèglements : les « Observations Anathomiques » de Cabrol
Poétique du récit de cas
Le cas Moyse de Marnas : enjeux de pouvoir et ruses du savoir
Un patient « réglé » : mélancolie et menstruation
Une thérapeutique subversive : cautères et speculum matricis
Défaite théorique, échec thérapeutique et domination rhétorique
Le « genre » incertain : de l’hermaphrodisme littéraire et médical
Un traité hybride, un public hétérogène
Cas légal et cas médical
Le modèle de l’anagnôrisis
Le toucher de la lecture
L’interprétation des signes
Une rhétorique « hermaphrodite »
Le dessous des mots
Portrait de l’auteur en hermaphrodite
La fonction auteur

Chapitre IV
Splendeurs et misères des figures

Les tribulations du français médical
Un travail de distinction : la création d’un vocabulaire
Une ascèse rêvée
Obstacles : la fête des mots
Adaptation au public : la médecine mondaine
Le style médical en question
« Balbutier en tropes » : l'inventaire de Jourdain Guibert
Le travail figural des anatomistes
Euphémismes anadyomènes
De la lamproye au verglas : la matrice dans tous ses états
Un monstre de langage : l’anatomie de Quaresmeprenant
Crypto-listes
Vertiges analogiques et homophoniques
Le nu et le couvert : le déshabillage des figures
Grandeur et indignité du terme propre
L’autre de la langue
La couverture euphémisante
Entre « rose » et « couillon » : le scandale du Roman de la Rose
Le « très vicieux Roman de la Rose »
De la moralisation a son échec : l’intentio lectoris
« Mettre le diable en enfer » : le médecin en Rustico
Le « propre » et le « couvert » : élucidation des notions
L’euphémisme à la question
Culpa lectoris

Chapitre V
« Medica Musa » : De la chair au poème

Savoir de la chair et érotique du savoir
La médecine dans le débat sur la poésie de la nature
Le bannissement de Nicandre
Pétrarque critique de la médecine
Imagination et raison
L’essor de la poésie naturelle en France : la confraternité des disciplines
Consécration d’une tradition
Rime, mémoire, savoir
L’ethos du poète médical a la Renaissance
Voyage au coeur de la chair : la poésie de Bretonnayau
Voyages anatomiques
La Fable mythologique
La Fable a ses raisons
De la vision à l’étreinte
Subversions simiesques
La grivoiserie thérapeutique : vers hygiénistes, burlesques et satiriques
Bombance du verbe et diète des corps
Hippocrate en style burlesque
La satire scandaleuse : Thomas Sonnet de Courval
Muse médicale contre Muse lascive : les « médecins de la Pléiade »
Grévin : le Nicandre français
La conversion
Jean Lebon, juge de Ronsard
La critique de l’obscénité

Troisieme partie
D’éden en luxure La chute des corps

INTRODUCTION

Chapitre premier
Le regard interdit

Adam et Eve : modèles de corps, modèles de regard
Voir par la lorgnette du sexe : la tradition des feuilles volantes anatomiques
Guldenmundt pornophile
L’obscénité sanctionnée
Permissivité de l’image
Pudenda voilés : une diabolique Invidia
Baubô : le sexe fait visage
Rendre visible l’invisible: Vierges ouvrantes et corps ouverts
La sexualisation du savoir
La différence sexuelle
Le regard concupiscent
La nudité du nu
Estampe érotique et planche anatomique
Berengario da Carpi : le corps comme oeuvre d’art
Poétique de la fenêtre
Eve (im)pudica : la tradition vésalienne
Postérité de Vésale : variations
L’anatomie vésalienne a l’Académie de dessin
Recyclage érotique : la mater pudica de Valverde
Nuditas criminalis : le scandale Crooke
Le théâtre anatomique de Leyde : mort, sexe et pudeur
Actéon, le regard interdit

Chapitre II
La révolte du membre. épopée organique et dissidence stylistique

« Monsieur ma partie… » : la geste de la mentule
Le corps-objet : blasonneries impudiques
Le corps-sujet : les mouvements involontaires du sexe et du rire
Une épopée médico-burlesque : la Mentule au pays de Penthésilée
Montaigne : la rébellion du « cas »
Poétique de l’insurrection : de l’impudeur
naturelle des femmes
Fureurs utérines
Poétiques animalières
Une obscénité thérapeutique : la masturbation
Insurrections clitoridiennes : la femme virile
Epilogue. Pour une histoire décentrée du sexe et de la langue

Conclusion

Poétique de la pudeur dans les textes de médecine
Y a-t-il un style médical ?
Le statut cognitif des analogies
La scène originelle de la pudeur
Trouble dans le sens ?
L’obscénité fantôme
Fabrique du corps, fabrique du discours

Annexe :Les points litigieux de l'affaire Paré

I. Propos concernant les parties, les fonctions et les plaisirs sexuels
II. Propos insultant la religion
III. Propos insultant le roi
IV. Propos concernant la prescription des drogues
Bibliographie
Sources
Sources manuscrites et archives
Sources imprimées
Textes de médecine, de philosophie et d’histoire naturelles
Autres textes
Dictionnaires
Etudes critiques

INDEX NOMINUM

Titre Equivoques de la pudeur
Sous-titre Fabrique d'une passion à la Renaissance
Édition Première édition
Volume 543
Auteur Dominique BRANCHER
ISSN 0082-6081
Numéro 3
Langue Français
Éditeur Librairie Droz
Date de première publication du titre 30/07/2015
Avec Index; Bibliographie
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-600-01787-9
GTIN13 (EAN13) 9782600017879
Référence 3-543
Date de publication du format 30/07/2015
Nb de pages 904
Illustrations 60 illustrations
Illustrations, noir et blanc
Format 175 x 247 cm
Poids 2000 gr
 
Support PDF
ISBN-13 978-2-600-11787-6
GTIN13 (EAN13) 9782600117876
Référence 3-543-PDF
Date de publication du format 30/07/2015
Nb de pages 904
Illustrations 60 illustrations
Illustrations, noir et blanc
 
Support Livre broché + PDF
ISBN-13 978-2-600-21787-3
GTIN13 (EAN13) 9782600217873
Référence 3-543-LOT
Date de publication du format 30/07/2015
Nb de pages 904
Illustrations 60 illustrations
Illustrations, noir et blanc
Format 175 x 247 cm
Poids 2000 gr
©2013 Librairie Droz Powered by Kin SA