"Mais devant tous est le Lyon marchant" Agrandir

"Mais devant tous est le Lyon marchant"

Construction littéraire d'un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551)

0.00 CHF TTC

Dans le deuxième tiers du XVIe siècle, les lettres françaises s’attachent à acquérir une légitimité analogue à celle des Anciens et des Italiens, sur fond d’ambitions politiques en Europe. Centre littéraire et éditorial de premier plan, carrefour européen, Lyon réunit des hommes qui inscrivent cette entreprise au cœur de l’activité poétique. Considérant l’élaboration et la publication d’une poésie vernaculaire, cet ouvrage interroge la notion de « poésie lyonnaise ». Il fait entrer dans les ateliers d’imprimeurs (Juste, Dolet, De Tournes, Rouillé…) et examine l’élaboration des recueils, à travers l’étude d’auteurs mineurs ou majeurs tels que Marot, Saint-Gelais ou Scève. Il propose de lire la naissance du canzoniere français, l’épanouissement des recueils d’emblèmes, la vitalité des recueils collectifs ou le déploiement d’une poésie féminine. Il révèle comment quelques hommes ont construit une spécificité éditoriale lyonnaise et façonné l’image d’une nouvelle Ilion française.


Donner votre avis

"Mais devant tous est le Lyon marchant"

"Mais devant tous est le Lyon marchant"

Dans le deuxième tiers du XVIe siècle, les lettres françaises s’attachent à acquérir une légitimité analogue à celle des Anciens et des Italiens, sur fond d’ambitions politiques en Europe...

Donner votre avis

Table des matières

Remerciements

Introduction

Protocole de transcription des textes

PREMIÈRE PARTIE
LA PROMOTION DU LIVRE DE POÉSIE VERNACULAIRE À LYON PROMOUVOIR UNE LANGUE

Introduction de la première partie

Chapitre premier. Renouveler la poésie en langue vernaculaire : la réflexion d’Etienne Dolet à la fin des années 1530
« Lumen Doletus universæ Galliæ »
Du Recueil de vers latins et vulgaires à L’Avant-Naissance : autour de la figure de Maurice Scève (1536–1540)
La geste d’Etienne Dolet Orléanais et la contribution de Charles de Sainte-Marthe
La traduction, relais de l’invention poétique : la preuve par l’exemple
1539–1542 : la conversion d’un cicéronien, support de la constitution d’un groupe

Chapitre II. Faire lieu : un rendez-vous pour le vernaculaire chez François Juste et Pierre de Tours
François Juste, un pendant vernaculaire de Sébastien Gryphe
Faire nom : un Courtisan peu courtois, Mellin de Saint-Gelais, collaborateur ou affiche ?
Une porte d’entrée à Lyon : l’exemple des premiers pas de Charles Fontaine
Le traducteur e(s)t le poète : dans l’officine de Pierre de Tours
Mellin de Saint-Gelais en 1547, poète et traducteur : figure de proue d’une politique éditoriale mise à mal
Un joyeux carnaval : Le Triumphe de treshaulte, et puissante Dame Verolle (François Juste, 1539), aimable prélude à La Louenge des femmes (Jean de Tournes, 1551)

Chapitre III. « Per stampar poêti ». Un entrepreneur du livre de poésie française : Jean de Tournes
« L’imprimeur aux imprimeurs », le geste fondateur d’un imprimeur vernaculaire
Luigi Alamanni ou la défense et illustration de la langue vernaculaire : le modèle toscan en France
Le travail sur l’objet livre
La collaboration d’un imprimeur et d’un éditeur : Jean de Tournes et Antoine Du Moulin

Chapitre IV. Guillaume Rouillé, sous l’écu de Venise
« Che non hanno molti altri impressori » : Guillaume Rouillé face à Jean de Tournes
Les traductions de Luc’Antonio Ridolfi : le relais humaniste de l’italien
De Florence à Lyon : l’importation d’enjeux linguistiques
L’italien, support de l’élaboration d’une culture française : la traduction d’Ebreo par Denis Sauvage

Conclusion de la première partie

DEUXIÈME PARTIE
L’INVENTION D’UN CHAMP LITTÉRAIRE À LYON

Introduction de la deuxième partie

Chapitre V. Force de cohérence : la mise en scène d’un groupe lyonnais
La représentation d’un sodalitium : fondation d’un mythe littéraire et culturel
Clément Marot Lyonnais : une appropriation lyonnaise
Pour « rendre à son entiere pureté » : Un projet d’oeuvres complètes, les Illustrations de Gaule de Jean Lemaire de Belges (1549)

Chapitre VI. Une cohérence construite mais menacée
Publication de Delie, construction d’une cohérence
Pour une promotion de Delie : Pernette Du Guillet et Il Petrarca
Désintérêt de Scève : l’auteur et l’imprimeur, le poète et le genre, des intérêts contradictoires.
Une oeuvre et un ethos qui échappent à l’auteur : travail d’éditeur, ressaisir le modèle scévien

Chapitre VII. Le livre de poésie : pour une promotion politique et culturelle de Lyon
Marguerite de Navarre et la venue à la poésie
Aux Dames Lyonnoises : une spécificité lyonnaise comme relais culturel.
Fonctions politiques : le fondement d’une translatio imperii : le rêve politique du canzoniere, autour des représentations de Catherine de Médicis

Conclusion de la deuxième partie

TROISIÈME PARTIE
ESQUISSE DE GÉOGRAPHIE DU LIVRE DE POÉSIE LYONNAIS

Introduction de la troisième partie

Chapitre VIII. Concurrences parisiano-lyonnaises
La Querelle des Amyes : de la cour à l’amour, de la querelle à la complicité
1545–1546, « De Saône à Seine » : une lecture conservatrice des innovations lyonnaises
Une entreprise promotionnelle : la Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis
Une promotion du « Climat Lyonnois »

Chapitre IX. Importations ou appropriations parisiennes à Lyon
Gilles Corrozet, ou l’influence parisienne sur la variété des genres
Alciat à Lyon : le beau livre d’emblèmes
Balthazar Arnoullet et les ouvrages « para-emblématiques » : l’imprimeur initiateur
Le cas des éphémères : une faible implication lyonnaise
Chapitre X. Allers-retours toulousains : circulations d’hommes et de livres, le privilège à Lyon
De Guyon Boudeville à Jean de Tournes : la préférence lyonnaise
La Description de L’histoire du beau Narcissus de Jean Rus : la vitalité de la poésie toulousaine reconnue à Lyon ?
Une collaboration entre Toulouse et Lyon : autour de Guillaume de La Perrière

Conclusion de la troisième partie

Conclusion générale
Quelle auctorialité ?
Une reconsidération des recueils composites : contexte poétique etcollection littéraire
Des constructions symboliques : fondation d’un mythe lyonnais
Quelle « poésie lyonnaise » ?

Annexes

Bibliographie primaire

Bibliographie secondaire

Index nominum

Titre "Mais devant tous est le Lyon marchant"
Sous-titre Construction littéraire d'un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551)
Édition Première édition
Volume 560
Auteur Elise RAJCHENBACH-TELLER
ISSN 0082-6081
Numéro 3
Langue Français
Éditeur Librairie Droz
Date de première publication du titre 14/04/2016
Avec Index; Bibliographie
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-600-01882-1
GTIN13 (EAN13) 9782600018821
Référence 3-560
Date de publication du format 14/04/2016
Nb de pages 600
Illustrations 19 illustrations
Illustrations, noir et blanc, Illustrations, couleur
Format 172 x 248 cm
Poids 1360 gr
 
Support PDF
ISBN-13 978-2-600-11882-8
GTIN13 (EAN13) 9782600118828
Référence 3-560-PDF
Date de publication du format 15/04/2016
Nb de pages 600
Illustrations 19 illustrations
Illustrations, noir et blanc, Illustrations, couleur
 
Support Livre broché + PDF
ISBN-13 978-2-600-21882-5
GTIN13 (EAN13) 9782600218825
Référence 3-560-LOT
Date de publication du format 15/04/2016
Nb de pages 600
Illustrations 19 illustrations
Illustrations, noir et blanc, Illustrations, couleur
Format 172 x 248 cm
Poids 1360 gr
©2013-2017 Librairie Droz