Contes en réseaux. L'émergence du conte sur la scène littéraire européenne. Agrandir

Contes en réseaux. L'émergence du conte sur la scène littéraire européenne.

0.00 CHF

Loin d’être un genre hors du temps, le conte émerge dans l’Europe pré-moderne à partir de chassés-croisés entre l’oralité et l’écrit et de transferts culturels entre l’Orient et l’Occident. L’analyse de ses structures et de son devenir historique requiert une méthode qui prenne en considération les phénomènes de variance et de rémanence propres à ce corpus. Les contes se développent en arborescence et constituent des réseaux de motifs, de figures et de séquences narratives.
Le phénomène apparaît encore plus clairement lorsque des récits parallèles sont parvenus jusqu’à nous. « Costantino Fortunato » de Straparola, sa traduction par Larivey et « Cagliuso » de Basile ont précédé « Le Maître Chat ou le Chat botté » de Perrault. De même, la « Belle aux Cheveux d’Or » de Mme d’Aulnoy gagne à être lue en parallèle avec le « Livoretto » de Straparola et un curieux conte en ancien yiddish (1602).
Ces histoires, comme les images qui les illustrent, ont en commun le motif de l’entraide entre l’homme et l’animal, hérité de lointains récits de sagesse comme Kalila et Dimna. L’homme n’est pas plus isolé au sein de la Création que le récit au sein du maillage serré des contes.

Donner votre avis

Contes en réseaux. L'émergence du conte sur la scène littéraire européenne.

Contes en réseaux. L'émergence du conte sur la scène littéraire européenne.

Loin d’être un genre hors du temps, le conte émerge dans l’Europe pré-moderne à partir de chassés-croisés entre l’oralité et l’écrit et de transferts culturels entre l’Orient et l’Occident. L’analyse de ses structures et de son devenir historique requiert une méthode qui prenne en considératio...

Donner votre avis

TABLE DES MATIÈRES
Introduction : Quel modèle théorique pour penserle conte ?
I. Le territoire du conte, champ de coexistences et lieu de transferts culturels
II. L’apport critique de Grimm
La reconnaissance des racines italiennes
L’oeuvre à l’épreuve de la variance
III. Sortir de l’opposition Structure / Devenir
Les postulats à interroger
Discontinuité, dispersion, transformation
Mémoire, « rémanence », réseau
Circulation et interaction

PREMIÈRE PARTIE : RÉMANENCES
Chapitre premier : L’identité plurielle du conte
I. Le mot et la chose
Pour une approche « générative »
La construction d’un système de contraintes génériques propre
Une temporalité récursive
II. Un genre faussement intemporel
Cumul, migrations, reconfigurations
Diffraction du conte entre sociétés chrétienne et juive
Reformulations renaissantes et classiques

Chapitre 2 : Comment des histoires sont devenuesdes contes au sens où nous l’entendons
I. Le creuset médiéval
Le temps des fables édifiantes
Le temps de la prédication
L’intégration du matériel folklorique dans la poésie et la littérature romanesque
II. « Mode des fées » et Contes de vieilles
Rupture et articulation avec la tradition orale
La construction d’un archétype fondateur
III. Le rattachement du conte à l’instruction : prémisses classiques
Récit enjoué et morale utile
Des contes audibles par des enfants
IV. Frontières du conte
Griselidis sur papier bleu
Mutations

Chapitre 3 : De Straparola à Perrault.Une dynamique transformationelle
I. Dans le réseau des contes en Europe (1550-1698)
Analogies et écarts . 119 Interdiscours et interlecture
II. Dissémination et distribution du récit bref
La vitalité du récit bref
Le conte merveilleux est-il issu de la nouvelle-aventure ?
III. Les XIII Nuits de Straparola-Larivey
Venise, une ville pour contes de fées ?
Du temps que Le Piacevoli Notti s’exportaient
IV. Lo Cunto de li Cunti (Il Pentamerone)
Un « auteur » multiple, une « oeuvre » plurilingue
L’organisation des V Journées
Une construction en abyme
Postérité et circulation de l’oeuvre

V. Recompositions « à la mode des fées »
Comment se mitonnaient les contes de fées français
Changement de « cadre »
L’organisation des Histoires ou contes du temps passé
Le rejet de la gravité

DEUXIÈME PARTIE: ENQUÊTE SUR DES CHATS PLUS FINS QUE LEURS MAÎTRES
Chapitre 4 : Le Chat botté, un récit démultiplié
Au croisement de deux dynamiques : une dette à rembourser et une ascension à réaliser
II. Ascension et renversement de fortune : « Costantino Fortunato »
Une double thématique et un double héros
Les trois temps de la Bonne Fortune
Un parcours typique des sots fortunés
L’échange de bienfaits
III. L’échange : « Cagliuso »
L’échange en cinq actes
L’échange et ses connotations érotiques
En guise de transition : logique de la variation et logique de l’étagement

Chapitre 5 : « Le Maître Chat » de Perrault, un récit étagé
I. Trois niveaux de lecture
II. Le niveau structural dans « Le Maître Chat »
Des fonctions couplées et des actions qui « riment » entre elles
Décrochages et méta-discours
III. L’image à l’épreuve des bienséances : le niveau figuratif dans « Le Maître Chat »
Le « vocabulaire » figuratif
Le filtre des bienséances
Le dilemme des mondains
IV. Le discours des images : un réseau souterrain d’oppositions et de correspondances
Poches vides / pleines
Le Manchon de peau : arrêt sur image
Posture allanguie / dressée
Le corps dénudé / paré de Carabas
V. Un imaginaire de l’écorchement ?
Réminiscences antiques : Lucien et Apulée
Déshabillages dans le conte
Déshabillage forcé et vol : deux scènes virtuelles
Le conte, un genre autorisant l’impertinence ?
VI. Le niveau symbolique
Penser la contradiction
Des pré-contes philosophiques
Bilan

TROISIÈME PARTIE : ENQUÊTE À PARTIR D’UN CHEVEU D’OR
Chapitre 6 : La Belle aux cheveux d’or déclinée en europe
I. De Tristan à Livoretto et à Avenant
Textes et thèmes en présence
Des récits complexes
II. La fable de « Livoretto / Livoret » : une histoire de « rétablissement » ?
Le départ du lieu natal . 297 Les courtisans envieux . 298L’aventure périlleuse et le dénouement . 302 Réceptions et échos pluriels . 307III. Une version originale de La Belle aux Cheveux d’Or : le conte pieux n°143 du Mayse bukh . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 Les liens avec la littérature midrashique . 311
200-16-P990_Texte.indd 456 06.02.13 10:25
L’ajout d’un prologue pieux
L’expédition
IV. Entre conte, légende et exemplum
Un « éco-type »
Les circuits de diffusion
Venise et Bâle : la question des points de contact
V. La récriture galante de Mme d’Aulnoy
La féminisation
Le paradigme visuel
Une relecture galante et satirique

Chapitre 7 : Le motif de l’animal serviable et ses mutations
I. Une dynamique d’aide et de dette
Figures et fonctions de l’animal serviable
L’épreuve
Modalités du contrat
Dérives galantes et burlesques
Des fourmis et des hommes
II. Le portrait de l’animal serviable : un creuset où se mêlent différents héritages
Apologues et fables antiques
La postérité du répertoire oriental
La complexité de l’héritage biblique et talmudique
III. Les animaux serviables : un motif critique à la Renaissance et à l’âge classique ?
« La substance unitaire du tout »
L’accentuation de la différence
L’homme, « un animal si digne » (Straparola-Larivey)
Railleries d’un fabuliste
Conclusion
Remerciements
Bibliographie
Index . 445
Titre Contes en réseaux. L'émergence du conte sur la scène littéraire européenne.
Édition Première édition
Volume 16
Auteur Patricia EICHEL-LOJKINE
ISSN 1661-1950
Numéro 200
Langue Aceh
Éditeur Droz
Date de première publication du titre 01/03/2013
Avec Index; Bibliographie
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-600-01615-5
GTIN13 (EAN13) 9782600016155
Référence 200-16
Date de publication du format 01/03/2013
Nb de pages 464
Illustrations 31 illustrations
Illustrations, noir et blanc
Poids 655 gr
 
Support PDF
ISBN-13 978-2-600-11615-2
GTIN13 (EAN13) 9782600116152
Référence 200-16-pdf
Date de publication du format 10/07/2013
Nb de pages 464
Illustrations 31 illustrations
Illustrations, noir et blanc
 
Support Livre broché + PDF
ISBN-13 978-2-600-21615-9
GTIN13 (EAN13) 9782600216159
Référence 200-16-lot
Date de publication du format 10/07/2013
Nb de pages 464
Illustrations 31 illustrations
Illustrations, noir et blanc
Poids 655 gr
©2013-2019 Librairie Droz