Une epistre lamentable et consolatoire, adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396)

Une epistre lamentable et consolatoire, adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396)

Édité par Philippe CONTAMINE, Jacques PAVIOT, Avec Céline HOOREBEECK

0.00 CHF TTC

Philippe de Mézières (1325/1326-1405) mena une vie aventureuse : il fut homme de guerre en Italie, contre les Turcs, puis en France, pèlerin en Terre sainte, chancelier du roi Pierre Ier de Chypre, avant de s’installer à Venise, d’où il chercha à répandre le culte oriental de la Présentation de la Vierge au Temple. Il servit ensuite Charles V de France comme conseiller et comme précepteur du futur Charles VI. Après 1380, enfin, il se retira au couvent des Célestins de Paris : devenu le « Vieil Solitaire », il y écrivit notamment son grand œuvre, Le Songe du Vieil Pèlerin, traité de gouvernement allégorique et moral destiné au roi son ancien élève. Alors qu’il se recueillait au Saint-Sépulcre, sans doute en 1347, Philippe de Mézières eut la révélation qui devait guider sa vie : le projet d’un nouvel ordre de chevalerie, celui de la Passion de Jésus-Christ, voué à libérer les Lieux saints. Il espéra le voir réaliser par le roi de Chypre, surtout lors de la croisade d’Alexandrie (1365). Il en rédigea plusieurs fois la règle et l’adressa aux souverains et à la noblesse de France et d’Angleterre afin d’obtenir leur soutien. Quand une nouvelle croisade fut organisée en 1396 pour secourir la Hongrie contre les Turcs, Philippe de Mézières exprima son opposition. Après le désastre de Nicopolis, il reprit la plume pour s’adresser à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, dont le fils avait été fait prisonnier, ainsi qu’au roi de France et aux siens, pour leur présenter une dernière fois sa « médecine » contre les maux de la chrétienté : l’ordre de la Passion. L’Epistre lamentable et consolatoire, récapitulant les plaidoyers de toute une vie, apparaît comme le véritable testament de Philippe de Mézières.

Donner votre avis

Une epistre lamentable et consolatoire, adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396)

Une epistre lamentable et consolatoire, adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396)

Philippe de Mézières (1325/1326-1405) mena une vie aventureuse : il fut homme de guerre en Italie, contre les Turcs, puis en France, pèlerin en Terre sainte, chancelier du roi Pierre Ier de Chypre, avant de s’installer à Venise, d’où il chercha à...

Donner votre avis

Titre Une epistre lamentable et consolatoire, adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396)
Auteur PHILIPPE DE MÉZIÈRES
Édité par Philippe CONTAMINE, Jacques PAVIOT
Avec Céline HOOREBEECK
Collection Annuaire-Bulletin
ISSN 0399-1350
Numéro 535
Langue Français
Éditeur Société de l'Histoire de France
Date de première publication du titre 01/09/2008
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-354-07116-5
GTIN13 (EAN13) 9782354071165
Référence 38-535
Date de publication du format 01/09/2008
Nb de pages 0 - 272
Illustrations 2 illustrations
Illustrations, couleur
Poids 650 gr
©2013-2019 Librairie Droz