Le masque de l’écriture Agrandir

Le masque de l’écriture

Philosophie et traduction de la Renaissance aux Lumières

Coordination éditoriale de Charles LE BLANC, Luisa SIMONUTTI
Co-édition avec le CNR italien

0.00 CHF TTC

S'interroger sur le point de vue du traducteur, dans la mesure où le sens produit en dépend, représente une démarche essentielle de l'étude de la pratique de la traduction. En effet, Nietzsche n'a pas lu Epicure comme Gassendi, Avicenne n'entendait pas Aristote comme Heidegger. La place du lecteur dans un espace-temps donné est fondamentale pour l'interprétation du sens d'un énoncé. L'Histoire apparaît ainsi comme ce qui définit une communauté ou une séparation d'univers et de discours, entre l'auteur et son lecteur.
Traduction et Histoire vont de pair au niveau théorique, et s'il est une chose qu'enseigne l'étude de l'histoire des traductions, c'est que la pluralité des lectures l'emporte toujours sur l'unité sémantique d'un texte. La nécessité de retraduire encore et encore certaines œuvres met clairement en évidence ce phénomène.
Si l'une des questions théoriques essentielles de la traduction est de s'interroger sur le sens des énoncés, question pressante en philosophie, il faut, pour comprendre ce qu'est traduire, inscrire la réflexion dans l'Histoire, mettre à jour et rendre intelligible le lien originel entre la question du sens des énoncés et celle de ses variations dans le temps. Cet ouvrage, contenant une quarantaine de contributions traitant de projets de traduction des XVIe-XIXe siècles, à partir du grec, du latin, de l'hébreu, de l'arabe, du français ou de l'italien, s'y engage.
Dans une large mesure, le travail des traducteurs, tant d'un point de vue philosophique qu'historique, a contribué à former la personnalité de l'Occident. Par rapport au texte original, la traduction parfois adoucit les traits, parfois les charge, parfois exagère une expression ou en atténue une autre, semblable en cela aux travestissements des fêtes ; car la lecture est une fête : elle l'a été de la Renaissance aux Lumières, et la traduction, elle, fut à maints égards le visage même de plusieurs auteurs. En une formule, elle fut souvent le masque de l'écriture.

Donner votre avis

Le masque de l’écriture

Le masque de l’écriture

S'interroger sur le point de vue du traducteur, dans la mesure où le sens produit en dépend, représente une démarche essentielle de l'étude de la pratique de la traduction. En effet, Nietzsche n'a pas lu Epicure comme Gassendi, Avicenne n'entendait pas Aristote comme Heidegger...

Donner votre avis

Table des matières

Préface
C. Le Blanc et L. Simonutti

INTRODUCTION

Philosophie, traduction, histoire
C. Le Blanc

Renaissance, Contre-Réforme et Siècle des Lumières : tradition et traduction
M. Vittori

DU TEXTE A LA PENSÉE

Les réflexions humanistes sur la traduction

Humanisme et traduction durant la Contre-Réforme - Girolamo Catena
S.U. Baldassarri

Luther et la germanisation de la Bible
I. Ferron

Ronsard, apologiste de la liberté de traduire
J.-K. Sohn

Les traductions humanistes

Ficin traducteur de Psellus
F. Dell’Omodarme

La Boétie et Montaigne : La Mesnagerie de Xénophon et la « légende socratique »
R. Ragghianti

Montaigne traducteur de Sebond
N. Panichi

Jean Calvin et l’hébreu
M. Engammare

La version hébraique abrégée des Voyages de Jean de Mandeville réalisée par Yohanan Alemanno
F. Lelli

Le De interpretatione de Pierre-Daniel Huet : entre tradition humaniste et critique scripturaire
A. Del Prete

La question de l’auteur/traducteur

Marsile Ficin traducteur de lui-même. Le cas de Christiana Religione
G. Bartolucci

« Politique » dans la terminologie latine de Jean Bodin, auteur des Six livres de la République (1576)
M. Turchetti

« Voces propter res, non res propter voces ». Campanella traducteur de lui-même
G. Ernst

Thomas Hobbes traducteur de lui-même. Les deux versions du Leviathan et les deux procès, du roi et des régicides
M. Turchetti

TRADUIRE LA PHILOSOPHIE

La langue comme outil philosophique

Nāṣir-e Khosrow traducteur des Ikhwān al-Ṣafā’ ?
C. Baffioni

Comenius et le débat sur la langue universelle
A. Cagnolati

Philosophie, magie de la parole, encyclopédie : la Tipocosmia d’Alessandro Citolini
G. Dragnea Horvath

L’art philosophique de la traduction

Les traductions de Machiavel en Angleterre
L. Simonutti

« Aller au fond des pensées ». Giordano Bruno et les traductions
S. Bassi

L’instruction des princes dans l’Europe du XVIIe siècle : la traduction italienne (1677) des écrits pour le prince de La Mothe Le Vayer
L. Bianchi

Sorbière traducteur de Hobbes : l’irruption du politique en traduction
F. A. Cappelletti

Les Platoniciens de Cambridge traducteurs
J.-L. Breteau

Le cas Descartes

Les mots et les pensées. Sur la première traduction latine du Discours de la Méthode
M. Spallanzani

Descartes : traduction, vérité et langue universelle
G. Belgioioso

Descartes et la traduction latine de la morale par provision
L. Delia

La part de Descartes dans la traduction de ses oeuvres : Du Discours de la Méthode a la Dissertatio de Methodo
D. Donna

Spinoza « traducteur » des Principia philosophiae cartesii
C. Santinelli

Traduction et théorie du langage : pratique de la traduction

Verbum sermo ratio. Lectures hétérodoxes du logos de Jean entre les XVIIe et XVIIIe siècles
S. Brogi

Leibniz et la traduction universelle
M. Favaretti Camposampiero

Théorie du langage et philosophie de la traduction chez Christian Wolff
M. Favaretti Camposampiero

Traduction et théorie du langage chez Locke
J.-M. Vienne

Locke traducteur de Nicole : Of the Weaknesse of Man
L. Simonutti

Vico, traducteur de Le Clerc
F. Lomonaco

VERS UNE PHILOSOPHIE DU TRADUIRE : HERMÉNEUTIQUE ET CRITIQUE

Traduction et tradition

Les Epistola pseudo-hippocratiques. Entre traduction, tradition et translation
P. Schiavo

Lucrèce en Angleterre. Echos et traductions du poème lucrétien au XVIIe siècle en Angleterre
D. Pfanner

L’image de l’islam au XVIIIe siècle entre érudition et vulgarisation. Notes sur la traduction française du De religione mahommedica d’Adriaan Reeland
R. Minuti

Antiquité, modernité, traduction

Terrible merveille
E. Barilier

Une Antiquité controversée et diversement adaptée : l’Ars poetica d’Horace dans les commentaires et la poétique des XVIe et XVIIe siècles
S. Richter

Vers la modernité

La question de l’équivalence dans la traduction
F. Ervas

Vingt ans après : Alexander von Humboldt se réécrit et se traduit lui-même
S. Poggi

Wilhelm von Humboldt et le paradigme de la traduction
I. Ferron

INDEX des noms
Titre Le masque de l’écriture
Sous-titre Philosophie et traduction de la Renaissance aux Lumières
Édition Première édition
Volume 539
Coordination éditoriale de Charles LE BLANC, Luisa SIMONUTTI
ISSN 0082-6081
Numéro 3
Langue Français
Éditeur Droz
Date de première publication du titre 09/03/2015
Avec Index
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-600-01694-0
GTIN13 (EAN13) 9782600016940
Référence 3-539
Date de publication du format 09/03/2015
Nb de pages XIV - 850
Illustrations 1 illustration
Illustrations, couleur
Format 172 x 248 cm
Poids 1295 gr
 
Support PDF
ISBN-13 978-2-600-11694-7
GTIN13 (EAN13) 9782600116947
Référence 3-539-PDF
Date de publication du format 09/03/2015
Nb de pages XIV - 850
Illustrations 1 illustration
Illustrations, couleur
 
Support Livre broché + PDF
ISBN-13 978-2-600-21694-4
GTIN13 (EAN13) 9782600216944
Référence 3-539-LOT
Date de publication du format 09/03/2015
Nb de pages XIV - 850
Illustrations 1 illustration
Illustrations, couleur
Format 172 x 248 cm
Poids 1295 gr
©2013-2019 Librairie Droz