Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle Agrandir

Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle

0.00 CHF

Pour fixer la trace interroge des écrits qui, au XIXe siècle, partagent un objet commun, non-littéraire, la photographie. Cette dernière inaugure un type de représentation, apparemment opposé à celui que propose la littérature. Des textes d’écrivains, d’historiens, de critiques, contribuent directement ou indirectement, à questionner cette rencontre problématique. Autour de Maxime Du Camp et de son Egypte, Nubie, Palestine et Syrie – le premier livre français illustré de photographies –, se constitue un champ intellectuel qui mérite d’être cerné. Creuset d’une réflexion « littéraire » sur la photographie, il impose un éclairage nouveau sur des œuvres littéraires connues. La situation de Maxime Du Camp dans le monde littéraire et éditorial, ses prises de position théoriques sur les arts et la littérature, permettent de comprendre la place de la photographie dans l’histoire culturelle du XIXe siècle.De la confrontation de grands textes de fiction, de récits de voyages, de travaux d’histoire, de commentaires d’épreuves photographiques se dégage une sensibilité commune, de l’ordre d’un modèle culturel, que la photographie structure de manière spécifique. Un motif traverse ce corpus de textes émanant pourtant de sources diverses : celui du « faire-vivre ». Il définit la spécificité ontologique de la photographie, tout en posant une question fondamentale à l’écriture de type historique et fictionnel. Il est au cœur de l’écriture du voyage. Autour de lui se cristallise la tension entre réel et imaginaire d’une part, entre photographie et texte descriptif d’autre part, dont il s’agit de définir les termes dans l’épistémologie du siècle des Lumières et d’étudier les variations jusque dans le discours de la critique littéraire de la fin du XIXe siècle. Le « faire-vivre » régit aussi stylistiquement un genre que la photographie renouvelle : l’ekphrasis, ou les moyens que s’offre un texte pour restituer par la parole les qualités de présence et d’attestation propres à la photographie.

Donner votre avis

Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle

Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle

Pour fixer la trace interroge des écrits qui, au XIXe siècle, partagent un objet commun, non-littéraire, la photographie. Cette dernière inaugure un type de représentation, apparemment opposé à celui que propose la littérature. Des textes d’écrivains...

Donner votre avis

Titre Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle
Édition Première édition
Auteur Marta CARAION
ISSN 0073-2397
Numéro 408
Langue Français
Éditeur Librairie Droz
Date de première publication du titre 01/06/2003
 
Support Livre broché
ISBN-13 978-2-600-00839-6
GTIN13 (EAN13) 9782600008396
Référence 15-408
Date de publication du format 01/06/2003
Nb de pages 0 - 392
Illustrations 16 illustrations
Planches
Format 15.2 x 22.200001 cm
Poids 700 gr
 
Support PDF
ISBN-13 978-2-600-10839-3
GTIN13 (EAN13) 9782600108393
Référence 15-408-pdf
Date de publication du format
Nb de pages 00
 
Support Livre broché + PDF
ISBN-13 978-2-600-20839-0
GTIN13 (EAN13) 9782600208390
Référence 15-408-lot
Date de publication du format
Nb de pages 00
Format 15.2 x 22.200001 cm
Poids 700 gr
©2013-2019 Librairie Droz